La mine La-Machine

Dans La mine La-Machine, le charbon a été pendant près de deux cents ans la principale ressource de la ville de La Machine. Son exploitation a entraîné le forage de puits jusqu’à une profondeur de sept cents mètres, la construction de plusieurs cités ouvrières et le recrutement de centaines de « gueules noires ». La Compagnie Schneider contrôle le site à partir de 1865, un système de gestion rigoureux sur le travail, les gueules noires et leurs familles. Le “Système Schneider” survivra à la nationalisation des mines en 1946, jusqu’à l’arrêt complet de l’exploitation en 1974, après le premier choc pétrolier. A la fermeture du dernier puits en 1974, de nombreux mineurs ont voulu garder la mémoire de leur métier en créant un lieu de mémoire. Le Puits des Glénons et sa galerie de mine, situés sur le lieu de l’ancienne mine . On vous fait partager les dures conditions de travail des mineurs, des femmes, des enfants, et des animaux. Elle fut un moteur économique pour la région. De 1869 à 1946, la houillère de La Machine, sous le contrôle de la Compagnie Schneider, jouit d’une grande prospérité et le développement de la ville s’accélère. Au moment de la nationalisation, la ville compte plus de 6 000 habitants dont un quart est employé dans la mine. La plupart est logée dans des cités ouvrières construites par la Compagnie à proximité des puits. La Machine est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne Franche comté. Ses habitants sont les Machinois et les Machinoises. Un Clic Pour situer les Monuments une carte
Bonne découverte

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous aimerez peut-être lire aussi :

Laisser un commentaire