Lavoir de Bernière

Lavoir de Bernière

Le lavoir de Bernière est un lavoir de plein air, de plan rectangulaire, il est clos par de petits murs en pierre. Il est situé aux abords de la départementale 135 à une centaine de mètres du carrefour avec la départementale 112. Son bassin rectangulaire est bordé de margelles en pierres et en béton, sa source est protégée par un ouvrage en pierre en forme de niche. Un abreuvoir est accolé au lavoir.

Le lavoir était réputé pour être un lieu de médisance, mais, la solidarité était présente, ne serait-ce que pour tordre le linge à deux en sens inverse. Les conditions de travail y étaient pénibles, les mains des femmes, plongées dans l’eau fraîche et parfois, glacée l’hiver, en ressortaient meurtries, gercées et crevassées. Elles faisaient grande consommation de pommade.

Les épidémies et la recherche d’ hygiène entraînent le développement de lavoirs, à la fin du XVIIIe siècle, les communes se munissent de bassins situés au bas d’une prairie, en contrebas d’une source ou d’une fontaine, en bordure d’un ruisseau, d’un canal, d’une rivière ou d’un fleuve. Le Parlement vote une loi le 3 février 1851 qui accorde un crédit spécial pour subventionner à hauteur de 30 % la construction des lavoirs couverts et prévoit que « c’est au lavoir commun que la laveuse trouvera une distribution commode d’eau chaude et d’eau froide, des appareils de séchage qui lui permettent une économie de temps, et qui lui évite d’effectuer le blanchissage dans l’habitation ». Au moulin on entend les nouvelles ; au lavoir on entend les commérages.

Un clic pour situer les monuments une carte

Bonne découverte du Lavoir de Bernière GPS 47.06039, 3.62128

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous aimerez peut-être lire aussi :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.