Crypte de l’église de Saint Parize le Châtel

Crypte de l’église de Saint Parize le Châtel

Crypte de l’église de Saint Parize le Chatel, construite au XIIe siècle sur l’emplacement de l’ancienne abbaye fondée au VIe siècle par Saint Patrice, elle est de plan cruciforme. Les chapelles ont été construites de 1874 à 1878. De l’ancienne église romane, il ne reste que quelques vestiges et la crypte romane. Dans ce lieu caché, se trouve six remarquables chapiteaux. Les voûtes d’arêtes sont supportées par six piliers ronds dont les chapiteaux sont des pièces formidables de la sculpture romane, Ils représentent des personnages et des animaux. Sur le premier chapiteau, en entrant à droite, le sciapode qui tient son pied pour se procurer de l’ombre. Cette crypte abrite également des sarcophages datant du haut Moyen Age (époque mérovingienne, milieu du VI e siècle). Le plus beau aurait abrité le corps de Saint Patrice, Sa crypte gardait les reliques de saint Patrice ou saint Parize, jusqu’en 1793, puis elles furent dispersées. Dans la crypte de l’église nous pouvons admirer des sujets animaliers et fantastiques: feuillages, lions, un acrobate, un sciapode, une tortue, le cerf et le centaure, l’avare et le démon, une sirène, un cuisinier diabolique, un porc jouant de la harpe, un singe musicien ou des monstres vomissant des rinceaux de feuillages.

L’abbaye qu’il avait fondée devint propriété de l’Église de Nevers. Saint Patrice mourut en 555. Avant la Révolution, ses restes auraient été dispersés vers 1773. La fête patronale de la Saint-Patrice était célébrée le deuxième dimanche de septembre. Saint-Patrick Mort en Irlande vers 461. La date du 17 mars est attestée dans la vie de Sainte Gertrude de Nivelles. La crypte a été classée Monument Historique en 1862.

Saint Parize le Châtel est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne Franche comté .

Un Clic Pour situer les Monuments une carte
Bonne découverte de la Crypte de l’église de Saint Parize le Châtel GPS 46.85439, 3.18388

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous aimerez peut-être lire aussi :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.