Ancien moulin à vent de Thouez – Patrimoine vernaculaire

Ancien Moulin à vent de Thouez – Patrimoine vernaculaire de Champlemy

L’ancien moulin à vent de Thouez c’est un ancien des anciens moulins à vent de la commune, il est situé au lieu dit le moulin à vent, ce moulin a été démonté, plus d’aile et de toiture celles-ci ont été récupérées, il est devenu un pigeonnier, nous pouvons encore observer à l’intérieur les nichoirs des pigeons (boulins), puis il est abandonné.

Un certain nombre ont été construits dans les plaines et sur les plateaux, là où les courants d’air sont assez constants (St-Pierre le moutier et Bouhy).

Selon l’annuaire de 1859, la Nièvre ne comptait pas moins de 48 moulins à vent, 567 moulins à eau et cinq moulins à vapeur. En 1934 encore 174 moulins travaillent le blé.

En 1870 nous trouvons des moulins à huile dans presque toutes les communes. Tous ces édifices témoignent du travail et du goût de bien faire de ceux qui nous ont précédés.

C’est au Moyen-âge que date la plupart de l’équipement des nos rivières en biefs et moulins. Un moulin à eau est une machine traditionnelle, inventée dès l’Antiquité, qui utilise l’énergie hydraulique, l’énergie des cours d’eau, pour moudre le grain.

Les moulins à eau étaient très nombreux dans la Nièvre. Les dénivelés du Morvan et les collines au centre du département ont favorisé le développement de ceux-ci et, principalement de la roue à augets, qui reçoit l’eau par le dessus.

Dans la plaine, les moulins ont plus souvent été équipés de roues recevant l’eau à hauteur de l’axe dit de poitrine, ou même en dessous. Un moulin est une machine à moudre les grains de céréales.

Autrefois constitué de deux meules en pierre à axe vertical, l’une immobile, l’autre tournante, il est remplacé, dans la meunerie moderne par des appareils à cylindre.

Selon Marc Bloch, historien français spécialiste du Moyen Age, le moulin à eau serait le détournement d’un mécanisme d’irrigation. L’une des plus anciennes utilisations de l’énergie hydraulique est celle des roues élévatrices qui permettent d’amener une partie de l’eau servant à les mouvoir jusque dans des conduites d’irrigation. Le moulin à eau pouvait être utilisé directement par toutes les machines mues par un mouvement circulaire continu : moulins à huile (olives, noix), moulins à pastel, moulins à tan (écorce de chêne pulvérisée utilisée pour la préparation des cuirs), moulins foulons (foulage des draps pour leur donner de l’apprêt), aux moulins à chanvre, moulins à fer, scieries hydrauliques, moulins à papier (trituration des chiffons dans l’eau pour en faire de la pâte à papier).

Au Moyen Age, la plupart des moulins à eau et à vent sont d’origine seigneuriale ou dépendent de monastères, qui doivent nourrir une importante population. En effet, il faut disposer juridiquement du cours d’eau et pouvoir faire face aux frais de construction et d’entretien. Les paysans des alentours semblent trouver commode de venir y moudre leur blé. Cependant, à partir du Xe siècle, les seigneurs, usant de leurs pouvoirs de commandement (appelés le ban), instaurent à leur profit certains monopoles. Le plus ancien et le plus répandu de tous est celui du moulin banal : tout le blé récolté dans un certain périmètre du moulin, doit y être amené et moulu contre redevance.

Un clic pour situer les monuments nivernais sur une carte.

Découverte d’un ancien Moulin de la commune de Thouez

Découverte de la Croix de Thouez – Crucifix de Thouez.

Découverte du Manoir de Thouez.

Le hameau de Thouez de la commune de Champlemy, qui est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.
Bonne découverte Moulin de Thouez GPS 47.27757, 3.35055

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.