Église de Villapourçon

Église de Villapourçon

Elle est placée sous le vocable de Saint Symphorien, cette église a été fortement modifiée, elle est de plan en croix latine, ses toits sont recouverts d’ardoises, sa tour-clocher est terminée par une flèche polygonale.

La paroisse dépendait du diocèse d’Autun et une archive mentionnée par Baudiau atteste que « Alix, dame de Glane, légua, en 1233, deux sous à l’église de Ville es Porcos ». La mémoire locale parle d’un cimetière « mérovingien » ou « carolingien » sur lequel l’église romane fut érigée ?

Le clocher est daté de 1844, il est situé le long de la façade nord. Le portail est reconstruit en 1776, cette date est gravée sur une pierre du portail. L’Église de Villapourçon est située au centre du bourg.

Le cadastre de 1833 montre un plan très particulier : un grand chœur en abside et une nef beaucoup plus étroite que le chœur. En 1854, Baudiau la décrit ainsi « jadis fort pauvre, mais aujourd’hui proprement tenue, elle se compose d’un chœur en abside, flanqué de deux chapelles, et d’une grande nef ».

L’Église de Villapourçon est de style roman, vraisemblablement du XIIe siècle (suivant V. Moreau).
Elle est brûlée par les huguenots en 1570, elle sera fortement remaniée au XVIIIe siècle (1776), elle va être en partie reconstruite au XIXe siècle, le clocher, abattu pendant la Révolution est reconstruit en 1844.
L’Église possède une statue en bois polychrome de Saint-Jean-Baptiste datée du XVIIIe siècle, une Piéta du XIIIe siècle en bois sculpté, un grand Christ, en bois du XVIIe, une chaire à coquille du XVIIIe, un tabernacle en bois sculpté, datant de Louis XVI, une toile d’Ede de Skoda datée de 1860 donnée par l’Empereur à la demande du curé de Villapourçon qui, en 1859, avait sollicité l’Impératrice Eugénie, pour la décoration de l’église. Le 26 mars 1906, le portail de l’église est défoncé par ceux qui étaient chargés de procéder à l’inventaire des biens des églises, loi de 1905 portant sur la séparation de l’Église et de l’État.

Le cimetière fut déménagé en 1842.

Le village fut en partie détruit durant les Guerres de religion, en particulier son église qui est abattue en 1574 elle est reconstruite 1793 sur ordre de Joseph Fouché.

L’art roman connaît son apogée en France du XI è siècle au XIIIe siècle, cependant il perdurera dans certaines régions jusqu’au XVe et même jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Il est caractérisé par l’arc en plein cintre, des voûtes en pierre qu’elles soient en berceau ou sur arêtes soutenues par des piliers et déchargées par des collatéraux ou des contreforts. Ouvertures assez petites et rares dues à la statique de l’édifice qui tient par sa masse.
On peut distinguer différentes écoles dans l’art roman : il s’agit selon les régions de variantes dans la mise en œuvre des traits fondamentaux.

Villapourçon est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne–Franche-Comté.

Un Clic Pour situer les Monuments une carte

Bonne découverte de l’ Église de Villapourçon

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Vous aimerez peut-être lire aussi :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.