Haut fourneau de Cramin

Haut fourneau de Cramin : La date de création du haut fourneau de Cramin n’est pas connue. Toutefois, dès 1282, le Prieur du Monastère de La Charité achète à Raynaud, seigneur de Chasnay, la terre de Cramin et ses dépendances. En 1456, on signale qu’il est exploité par le maître de forges Guillemette. Au XVIIe siècle, le fourneau est en pleine activité. Vers 1650, des soufflets sont entretenus par un Crespin et en 1665, le bail est donné pour 10 000 livres à Antoine Champion. Le fourneau produit des fontes, destinées aux boulets et aux canons du Roi, réalisés par la Manufacture du Nivernais, propriété de Dalliez de la Tour.

A la fin des guerres de Louis XIV, le haut fourneau est mis temporairement en veille. En 1770, le maître de forges Paischereau prend l’activité et produit 350 tonnes de fonte par an. L’entreprise appartient à Georges Dufaud père puis à son fils en 1799.

Le haut fourneau de Cramin en 1807, compte 71 personnes pour une production annuelle de 200 tonnes de fonte et 20 tonnes d’acier.

De 1818 à 1844, Louis Normand, puis le vicomte de Raffin afferment Cramin à la famille Boigues qui utilise les produits de la fonte pour son usine de Fourchambault. Ferrand devient leur maître de forges.

Le Haut fourneau de Cramin ferme ses portes à partir de 1843, et il sera abandonné en 1844. Le bâtiment, inutilisé depuis 150 ans a été en grande partie détruit.

Ces ruines représentent cependant le témoignage de l’un des plus grands fourneaux de la Nièvre. Il est inscrit à l’ Inventaire général du patrimoine culturel. Une propriété privée

Cramin est un lieu dit de la commune française de Chanay située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Bonne découverte, Haut fourneau de Cramin

Un Clic Pour situer les Monuments une carte

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous aimerez peut-être lire aussi :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.