Malicorne ses anciennes demeures

Malicorne ses anciennes demeures

Le joli hameau de Malicorne a été en partie construit avec les pierres d’un château fort détruit vers 1367 par les Anglais. Il en subsiste quelques vestiges dans la cour du domaine des Tayauts.

Malicorne est un ancien fief dépendant de la paroisse de Colméry, il est mentionné en 1651, mais son histoire semble bien antérieure, car en 1346 une première mention du nom de Malicorne est apparue. Le hameau de Malicorne abritait le logis des sieurs locaux, il possédait une chapelle en atteste un petit pré nommé, le Pré de l’église. On y trouvait également une perrière, c’est-à-dire une carrière de pierre. Sur le hameau ont existé des tailleurs de pierre qui ont sculpté de splendides décors sur plusieurs belles demeures.

En 1686, la maison des de Viry, sieurs de Malicorne, se composait de 3 chambres basses, 4 cabinets, avec grenier dessus, 1 cour, 1 écurie, 1 jardin, 1 huilerie, le tout dans un enclos fermé d’un mur et d’une haie vive.

Malicorne a appartenu aux familles de Viry et de La Rivière. De Viry Antoine, écuyer et sieur de Malicorne, fils de Jean de Viry et Jeanne de Noaille, et de Farou Marguerite (1656).

Les de Viry n’étaient que les « sieurs » de Malicorne. Ils n’y exerçaient pas la justice et ne percevaient aucune redevance des habitants. Ces prérogatives revenaient au seigneur de Colméry, dont les de Viry étaient les vassaux. Sur l’ancien puits de la propriété nous retrouvons les Armes des familles de Viry et de Troussebois de Malicorne.

En 1689 : Le sieur de Malicorne et sa femme, délaissent un domaine au profit de leur fils, Lazare ; en échange, ce dernier les tient quittes des 4 000 livres promises à son mariage et s’engage à s’occuper d’eux jusqu’à la fin de leur vie. Ils étaient vieillissants (le mari décède un mois après avoir signé l’acte 3 E 8/148 – Minutes du notaire Isaac Voullererau [Colméry]). (cahiers du val de Bargis)

Le nom de Malicorne viendrait du fait qu’il était inutile d’y corner à la porte (mal y corne), car on y était mal accueilli ! Ce dicton n’est plus du tout d’actualité, car nous avons rencontré de nombreux propriétaires et ils nous ont toujours accueilli les bras ouverts.

Dans deux maisons de Malicorne, des sculptures sont restées inachevées, le tailleur de pierre est décédé lors d’une chute d’un échafaudage pendant la construction de la tour de l’horloge de la gare de Lyon. C’est pour cela que la maison qui lui servait de référence pour son travail conserve de drôles de bosses au-dessus des fenêtres. Il avait prévu de tailler des motifs dans la pierre. L’intérieur de la maison possède aussi des motifs inachevés. Sur l’autre maison, cour des Taillots (Tayauts), on peut admirer en façade de magnifiques sujets, des chevaux, des anges et des personnages. L’artiste s’exerçait-il pour ensuite faire des ouvrages plus conséquents ? Sur le côté de la maison, on peut reconnaître le motif d’un chapiteau avec deux cygnes face à face. Ces deux maisons remarquables, très originales, témoignent d’une autre époque. L’été les deux frères élevaient des moutons qu’ils allaient vendre l’hiver à paris en plus de l’activité de taille de pierre. Ils revenaient à pied depuis la capitale jusqu’à Malicorne.

Bonne découverte Malicorne, ses anciennes demeures

Le hameau de Malicorne est rattaché à Colméry qui est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Un clic pour situer les monuments une carte

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous aimerez peut-être lire aussi :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.