Pertuis de Clamecy – Pertuis du canal du Nivernais

Pertuis de Clamecy – Pertuis du canal du Nivernais

Le Pertuis de Clamecy est situé sur l’Yonne au côté du canal du Nivernais. Les bûches descendaient les cours d’eau de « pertuis » en « pertuis » ou s’accumulaient devant les barrages mobiles ou aux écluses. On « démasquait » le pertuis, l’écluse, et le bois continuait son cours entraîné par le courant. Les bûches étaient arrêtées par un barrage, quand elles arrivaient à destination. Le flottage à bûches avait des pertes significatives.

Il était utilisé dans le Morvan au début du XXe siècle. La technique du flottage en trains demandait plus d’efforts, il s’agissait de bûches de 3 pieds 6 pouces (1,14 mètre) qu’il fallait conduire sur 200 à 300 kilomètres, cependant il remédiait aux inconvénients (échouages, vols, grumes coincées sous des ponts ou des rochers).

Les troncs débités sont coupés et reliés entre eux pour former une sorte de radeau gouvernable, un train de bois. Une voile peut y être installée, pour s’aider du vent dans les manœuvres. Ce mode de transport n’est possible que sur des tronçons où le cours d’eau est large et peu mouvementé. Il a été utilisé très tôt dans le Morvan.

Sur la Seine, les radeaux pouvaient mesurer 75 mètres de long sur 5 mètres de large. Les embarcations pouvaient convoyer d’autres produits, parfois du bétail. Le 20 avril 1547, un premier train de bois du Morvan arrive à Paris, Quai de la Tournelle, Charles Leconte, fait arriver de l’Yonne à Paris un train de bois à brûler, le premier train de bois du Nivernoys.

En 1549, Jean Rouvet fait sur la Cure, ce que Charles Leconte a fait sur l’Yonne en 1547. Le travail des flotteurs était rude, femmes et enfants y participaient, Il fallait tirer, trier, pousser et empiler les bûches. Les pertuis étaient franchis de jour comme de nuit.

Ils rentraient à pied au bout d’un voyage de 11 jours. Les ouvriers chômaient en été, ils habitaient le faubourg de Bethléem dit « Beyant », sur la rive droite de l’Yonne. Les maisons, petites et basses, imbriquées les unes dans les autres et desservies par d’étroites ruelles. Des habitations modestes, comportant deux pièces, une cuisine, une chambre où dormaient adultes et enfants.

Le Pertuis le l’Yonne est daté des XIV-XVIIIe siècles

Découverte des vestiges des murailles de la ville de Clamecy

Découverte du café des colonnes de Clamecy

Découverte des vestiges du château Comtal de Clamecy

Découverte de la descente bidon de Clamecy

Un clic pour situer les monuments du Nivernais sur une carte
Bonne découverte du Pertuis de Clamecy GPS 47.45769, 3.52317

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous aimerez peut-être lire aussi :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.