Château de Corbigny un remarquable patrimoine

Château de Corbigny – Ancienne gendarmerie – Ancien hospice – Patrimoine du Nivernais en Bourgogne-Franche-Comté

Le Château de Corbigny ce sont les vestiges de l’ancienne entrée fortifiée de l’abbaye bénédictine Saint-Léonard, elle ce dotera par la suite d’un portail monumental d’entrée, cette Ancienne entrée fortifiée, du château située au huit de la rue de l’abbaye, protégeait les dépendances de l’abbaye, il est daté du XVIIe siècle.

Le site  à autrefois d’Hospice militaire durant la première guerre mondiale, puis, comme on peut encore le distinguer sur le fronton de gendarmerie. Classée Monument Historique en 2001, l’Abbaye, renommée Abéïcité, est devenue depuis 2003, un lieu de création et de diffusion artistique. L’actuelle Abbaye de Corbigny date de 1754.

Une pierre de fondation, visible au pied de la façade sud témoigne de ce chantier .C’est vers l’an 650 qu’un certain seigneur Corbon décide de se faire construire une villa près du confluent de l’Yonne et de l’Anguison. Son fils Wideradus fonde ensuite l’Abbaye de Flavigny selon la Règle de Saint Benoît vers l’an 720. 985, Robert de Nevers, prieur du monastère, aussi connu sous le nom de Robert-le-Diable, veut mettre fin à l’autorité de Flavigny et prendre de sa propre autorité le titre d’Abbé, il meurt en 1034 et le monastère est replacé sous la dépendance de l’Abbé de Flavigny.

En 1045 Odon, abbé de Flavigny, en visite à Corbigny reçoit des moines la crosse de leur ancien “abbé” Robert. Cinq ans plus tard il est alors accusé de posséder deux crosses et deux abbayes.

Pour mettre fin à cette querelle, le monastère de Corbigny est déclaré Abbaye et le pape Pascal II met donc fin à la tutelle de Flavigny sur celle-ci. l’ Ancien château de Corbigny, fait partie d’un système de défense de la ville, d’autres vestiges de fortifications sont encore bien visible.

 

Charmasse 1889, n° 09 (cartulaire de Corbigny) en 1173. Guy I comte de Nevers autorise l’abbé et les habitants à faire clore la ville et le monastère et à l’entourer d’une enceinte fortifiée. Il semble que la garde de l’abbaye revenait au comte de Nevers.Chartes de l’abbaye de Corbigny…, acte IX : « […] quod ego precepis et concessi domino Siguino, abbati Curbiniaci, et ejusdem ville burgensibus quod villam de Curbiniaco muro firmarent, et prefatus abbas et burgenses prefate ville sicut prius erunt in mea protectione et custodia […]».

Baudiau 1867  page 113 en 1423 – Le bailli de Sens qui soutenait les Armagnacs, s’étant présenté devant la place avec cinq cents hommes de troupe, que des recrues portèrent bientôt à neuf cents tant à pied qu’à cheval, s’empara du monastère où il pénétra traîtreusement par la porte de l’abbé du côté du moulin de l’Étang, ce qui nous explique la qualification de perfidie donnée à ce dernier. De là, il assiégea la ville et la tint serrée pendant trois mois, sans pouvoir néanmoins s’en rendre maître, mais elle eut beaucoup à souffrir dans ces périlleuses circonstances. Plusieurs bourgeois furent tués, d’autres faits prisonniers ne furent rendus à leur famille qu’en payant une forte rançon. On arrêta les troupeaux, on insulta les femmes. Lassés de tant de vexations, les Corbinicois résolurent de tenter un suprême effort. Ils organisèrent une vigoureuse sortie et acculèrent les ennemis dans le château ou grand fort de l abbaye et les obligèrent à abandonner leur proie. Mais avant de déloger, ces pillards dévastèrent le monastère et mirent le feu avec des torches à l église, d’où il gagna les cloîtres et les autres bâtiments qui furent réduits en cendres. On crut généralement que la ville avait été sauvée par la puissante protection de saint Léonard dont la bannière flottait entre l’écusson du comte de Nevers et celui du duc de Bourgogne son frère au-dessus de la porte qui regardait l’abbaye pendant tout le temps que dura le siège.

Jullien 1883 page 141-149 en 1435 – Après les dégâts causés par les Armagnacs, l’abbé Alexandre III de Digoine confirme de nouveau l’octroie d’impôts de « courte-pinte » sur le vin et d’une « maille » sur le pain, à condition que les murs de la ville soient moins élevés que ceux de l’abbaye.

SOULTRAIT (Georges Richard, comte de). — Répertoire archéologique du département de la Nièvre, 1875

 

Corbigny est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté .

Un clic pour situer les monuments nivernais sur une carte.

Découverte d’un des lavoirs de la commune de Corbigny.

Découverte des vitraux de l’hospice de la commune de Corbigny.

Bonne découverte  de l’ Ancien Château de Corbigny GPS 47.2592, 3.6823

Ce diaporama nécessite JavaScript.