Monument de la résistance à Clamecy – La Résistance

Monument de la résistance à Clamecy – La Résistance Nivernaise

Le Monument de la résistance à Clamecy, c’est un monument qui est érigé à la mémoire de la résistance à Clamecy. Le 16 juin 1940, Clamecy est occupé par l’armée allemande, qui reste jusqu’à la libération de la ville le 19 août 1944.

Ce monument érigé par souscription publique a été inauguré le 18 Août 1946.

Sur ce monument figure les noms des villes de Dun les places, Brinon, Tannay, Clamecy, Varzy, Corbigny, Lormes. Composé de cinq blocs de pierre, qui proviennent des cantons de l’arrondissement.

Cet édifice est placé sur le square Roland Champenier, le sculpteur de cette oeuvre est monsieur Robert Pouyaud Pierre. Roland Champenier, qui avait adhéré dès 1941 au Front National de la Résistance, avait vu le jour en 1924 à Marseilles-lès-Aubigny.

Monument de la Résistance érigé par souscription publique a été inauguré en 1946 Square Roland CHAMPENIER 1924-1944 – Résistant.

Chef des maquis F. T. P. de la Nièvre, officier de grande valeur, résistant de la première heure, a pris dès 42, l’initiative de créer des maquis dans le Cher, puis dans la Nièvre. A été jusqu’en mai 1944, l’organisateur de toutes les opérations de sabotage et de guérilla dans la région de Nevers, puis à partir de cette époque, a travaillé en étroite collaboration avec les chefs des autres groupements.

Les résistants sont représentés par 2 groupes : les FFI (Forces Françaises de l’Intérieur) très attachées à un patriotisme non radical, et reconnaissant pour chef le Général de Gaulle et les FTPF (Francs Tireurs Partisans Français) de sensibilité de gauche, engagés sous l’autorité du général Giraud. Dans la Nièvre, les FFI sont dirigés par le colonel Roche, et les FTPF par de Champeaux et Roland Champenier.

La première forme de résistance, lorsque les soldats de l’armée française, ne voulant pas se rendre, se cachent dans les bois, en particulier dans le haut-Morvan et sont recueillis par les habitants.

La deuxième suite de l’installation d’un camp de prisonniers français à Fourchambault, des mesures ce sont mis en place: ravitaillement clandestin, évasions, traversée de la Loire et franchissement de la ligne de démarcation.

La troisième forme, suite à l’afflux important de jeunes, réfractaires au STO ils préfèrent la resistance dans les maquis, que de partir travailler dans des usines allemandes.

Le réseau Turma-Vengeance, le Maquis Sanglier, le Maquis Rolland, le réseau Pat O’Leary et Edouard MILLIEN, le Maquis Melnick, le maquis Marquereau, le maquis Mariaux, le maquis Le Loup, le maquis Louis, le maquis Longhi, le Maquis Julien, le Maquis Jean-Jaurès, le maquis des Fraîchot, le maquis Daniel, la « Compagnie Dunkerque », la « Compagnie Mercier », le Bloc maquis Decize, le Maquis Camille, le Maquis Beynac, le maquis Bernard, et n’oublions pas les femmes nivernaises dans la Résistance.

Clamecy est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Un clic pour situer les monuments nivernais sur une carte.

Découverte du cimetière de Marigny l’Église – Résistances En Morvan.

Découverte de la stèle du Maquis Napo – Résistance Nivernaise.

Bonne découverte du Monument de la résistance à Clamecy GPS 47.46136, 3.52061

Ce diaporama nécessite JavaScript.