Tombe de Guerre Commonwealth de Bona – Cimetière

Tombe de Guerre Commonwealth de Bona – Cimetière militaire

La Tombe de Guerre du Commonwealth à Bona, L’Empire britannique choisit d’enterrer ses morts sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale près des lieux où ils étaient tombés, et de ne pas les rapatrier dans leur pays d’origine.

La Commission imposa l’égalité sociale dans ses cimetières et le grade militaire ne fut aucunement pris en compte dans la conception des stèles funéraires.

Chacune des stèles, blanche et de forme simple, comporte le nom, le rang et le symbole de l’unité du défunt ainsi qu’un symbole religieux si on connaissait la religion du soldat.

Le 22 août 1944, après un raid sur la gare de Chagny, le Lieutenant Panitz âgés de 28 ans et son navigateur Richard Sutton Williams âgés de 29 ans tous deux membres de la Royal Australian Air Force, leur avion un Mosquito N T 229 touché a l’aile gauche, s’écrasa vers 18 h 15 sur les collines entre les forêt d’Agland et Giverdy. Les corps des deux aviateurs sont enterrés au cimetière de Bona, ont été ramenés par le curé, M. Pasquelin. Des débris d’hélice sur leur tombe témoignent de ce drame.

Le 25 novembre 1918 un arrêté crée un Office des sépultures militaires et une Commission nationale des sépultures chargée de définir les principes architecturaux des cimetières militaires.

Après la Seconde Guerre mondiale, les mêmes dispositions sont appliquées aux cimetières militaires français.

Ces cimetières témoignent de la reconnaissance de la patrie envers les soldats morts au combat en même temps qu’un lieu de pèlerinage pour les familles et les générations suivantes, la loi du 29 octobre 1921 instituant pour ces familles le droit au pèlerinage annuel aux frais de l’État.

Devenus lieux de mémoire, ils sont aussi lieu d’histoire grâce aux panneaux explicatifs voire aux musées qui sont créés pour informer les visiteurs.

265 nécropoles nationales et 2 000 carrés militaires de cimetières communaux regroupent 740 000 corps auxquels s’ajoutent des ossuaires. Il existe, en outre, 2 000 cimetières militaires français répartis dans 78 pays. L’entretien des sépultures et mémoriaux est à la charge du ministère de la Défense.

Bona est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Un clic pour situer les monuments nivernais sur une carte.

Découverte du monument aux morts de la ville de Bona.

Découverte d’un lavoir de la ville de Bona.

Bonne découverte de la Tombe de Guerre Commonwealth de Bona GPS 47.06216, 3.42228

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.