Usines Pécard Frères de Nevers – Les munitionnettes un hommage

Usines Pécard Frères de Nevers – Patrimoine du Nivernais en Bourgogne-Franche-Comté

Les Usines Pécard Frères sont situées au 25 rue de la Barre à Nevers, le long de l’allée Pécard, qui longe les bâtiments de l’ancienne usine, cette allée rejoint la rue du “Clou”.

François Augustin Pécard (1831-1886) (archives.cg58.fr) va créer l’entreprise (fonderie de cuivre et fabrication de machines agricoles) en 1854. À sa mort, l’entreprise est reprise par ses fils cadets, Louis (1857-1940, ingénieur Arts et Métiers) et Lazare Augustin (1860-1917). Le fils aîné, Achille, est associé à son beau-père Mabille, fabricant de pressoirs à Amboise.

Louis reprend seul l’affaire à la mort de son frère. Les fabrications principales (locomobiles) basées sur la vapeur souffrent de la concurrence d’autres sources d’énergie après 1919, puis de la crise des années 1930.

Il remporte le grand prix du « jury international des récompenses » pour l’ensemble de son activité dans l’industrie agricole. Un spécialiste de la propulsion terrestre utilitaire, André Pécard est le précurseur du tracteur à vapeur et des premières batteuses équipées de faucheuses, broyeurs de paille et machines à scier.

À la mort de Louis en février 1940, ses trois filles célibataires confient la gestion à l’une d’elles, Louise (1895-1982). L’entreprise cesse son activité à la fin de 1947 et le fonds de commerce est vendu à l’entreprise Matenin.

L’effort de la Grande Guerre va mobiliser de très nombreuses usines pour la défense nationale dans la Nièvre. Pendant la Première Guerre mondiale, l’État va mobiliser un peu tous les industriels, petits ou grands, au profit des fabrications de guerre, les Usines Pécard Frères n’y échappe pas, pendant la Grande Guerre. En 1917 environs 90 personnes usinent sur des tours, 900 corps d’obus par jour (Les Obus shrapnels de 75 mm  1915-1916). L’ébauchage de corps des projectiles, le dégrossissage de l’extérieur, le taraudage, constitueront alors l’activité des munitionnettes.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est les-mutionnettes.jpg

Les munitionnettes c’est ainsi que l’on nommait les femmes, chargées de remplacer les hommes, partis sur le front, pendant cette guerre. 4 à 5 francs la journée. Les hommes touchent le double, même s’ils font le même travail, la guerre a aboli les lois protégeant les ouvriers. Et les syndicalistes ne sont pas enclins à défendre ces femmes qui ont pris l’emploi des soldats. En 1918, les usines d’armement emploient 430 000 femmes. De timides tentatives sont menées pour veiller sur leur santé.

BIBLIOGRAPHIE – Archives Départementales de la Nièvre (fonds Pécard 81J et fonds Léo-Domat 1J498 .

Bonne découverte des Usines Pécard Frères de Nevers GPS 46.99294, 3.16461

Nevers est une commune du centre de la France, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté.

Un clic pour situer les monuments nivernais sur une carte.

Découverte de la maison Bussière de Nevers – Ancienne demeure.

Découverte de l’hôtel de la Monnaie à Nevers – Comtes de Nevers.

Ce diaporama nécessite JavaScript.