Claude Tillier de Clamecy – Célébrités de Clamecy

Claude Tillier de Clamecy – Célébrités de Clamecy

Né à Clamecy, le 11 avril 1801, à la fin de la Révolution, Claude Tillier est décédé le 18 octobre 1844 à Nevers. Instituteur, romancier, pamphlétaire. Claude Tillier ne connu que l’Empire et la Monarchie.

Ce qui explique le roman ses regrets et ses espoirs. Fils d’un serrurier de Clamecy, il réussit à faire des études au lycée de Bourges, grâce à une bourse accordée par la ville.

Après son baccalauréat, il travaille comme maître d’études, à Soissons, puis à Paris. Il raconte dans ses mémoires comment son bouquet de rhétorique, comme un domestique à la Saint-Jean, il alla offrir ses services aux revendeurs de grec et de latin de la capitale.

Il finit par être renvoyé. En 1821, il effectue un service militaire de cinq ans en Espagne. À son retour, il se marie et est nommé instituteur. Parmi ses élèves Amédée Jullien. Il est directeur d’une école publique mais les méthodes d’enseignement ne lui conviennent, il ouvre une école privée. Il fonde le journal L’Indépendant en 1831, et participe à L’Association, un journal démocratique de Nevers.

Ses prises de position contre les notables, lui coûteront son poste de directeur d’école et quelques jours de prison.

Le Monument, buste en bronze de Claude Tillier, est placé rue du Grand-Marché, inauguré le 17 septembre 1905 en présence de Jules Renard et de Jean-Baptiste Bienvenu-Martin ministre de l’Instruction publique.

Le monument est l’œuvre du sculpteur Emile Boisseau. En avril 1941, le buste, est menacé de destruction par l’armée Allemande, il est caché par les résistants, et remis en place le 12 septembre 1944.

Autrefois, bien avant que l’eau n’arrive au robinet de nos foyers, les fontaines publiques étaient avec les puits et les cours d’eau les seuls lieux d’alimentation en eau potable.

Les fontaines et les puits sont souvent situés au centre d’une place et constituaient un lieu majeur de la sociabilité villageoise. Elles sont devenues lieu d’échanges, de discussions, parfois de conflits, vers lequel convergeaient principalement les ménagères et les enfants, et cela au moins deux fois par jour, matin et soir.

Toutes les couches sociales se retrouvaient à la fontaine pour prendre de l’eau, laver le linge, la vaisselle, les enfants aimaient se retrouver près de ces édifices.

Les fontaines publiques étaient l’un des symboles d’urbanisme et de civilisation, d’hygiène, de grandeur de la cité. Elles requéraient de nombreux et couteux investissements, en travail, en argent, en entretien, un bien payé par tous pour tous.

Les volontés publiques ont amené les autorités locales à développer une politique de création de fontaines, d’abreuvoirs, de lavoirs, pour un meilleur confort et l’hygiène.

Ce fut notamment le cas en Bourgogne–Franche-Comté dès les XVIIIe – XIXe siècles. Il faudra attendre l’arrivée de l’eau courante dans les maisons et les fermes pour voir la fin de la corvée d’eau journalière et l’allégement d’un fardeau multiséculaire.

De nos jours, les fontaines ont perdu leur usage domestique, elles n’en restent pas moins des éléments appréciés du patrimoine communal.

Il nous en reste un très intéressant patrimoine, capable de surprendre touristes et promeneurs qui les découvrent.

Un clic pour situer les monuments nivernais sur une carte.
Bonne découverte de Claude Tillier de Clamecy – Patrimoine  GPS 47.45872, 3.51962

Clamecy est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Découverte de la maison de Giroud de Villette de Clamecy.

Découverte de la fontaine Claude Tillier de Clamecy.

Découverte de la mairie de Clamecy.

Découverte de la maison de la rue du Temple de Clamecy

Ce diaporama nécessite JavaScript.