Métier à ferrer de Champagne

Métier à ferrer de Champagne

Le métier à ferrer de Champagne est un dispositif fixé dans le sol, il est composé de quatre piles de pierre, sur lesquelles nous pouvons encore observer le tambour de tension pour les sangles en cuir servant à maintenir l’animal, un joug (pour lui maintenir la tête), ainsi qu’un système en bois de maintien du pied sur lequel il devait être placé un fer, le membre était replié sur un support en bois. Le toit en tôle est aussi en place, ainsi que la plaque en métal qui supportait l’enseigne du maréchal-ferrant. Il est situé près de la maison-atelier de celui-ci.

De nos jours ces métiers sont mobiles, conçu pour maintenir les chevaux et les bœufs, lors du ferrage. Le travail à ferrer est un espace aménagé à l’intérieur d’un atelier ou à l’extérieur, il est constitué d’un bâti très robuste dans lequel le cheval ou le bœuf est entravé à l’aide de sangles et de ventrières. L’usage de ce dispositif, parfois appelé aussi travail à ferrer, sert principalement pour ferrer les bœufs.

Voilà une histoire de transmission… un passage de mémoire.

Un bœuf représente huit fers, chaque pied est en effet composé de deux onglons aux parois très fines qui impliquent une grande précision du geste. Il s’agit aussi de forger des fers sur mesure dans une forge au charbon, car le gaz ne chaufferait pas assez… disent les maréchaux et les forgerons ! Eh oui : « Ça ne paraît pas, mais c’est du boulot ».

Les animaux de trait disparaissent progressivement des champs et les centres de formation n’apprennent plus aux jeunes maréchaux-ferrants la délicate technique du ferrage des bœufs à la française dans le traditionnel travail. Une philosophie certes héritée du passé, mais qui, par les temps qui courent, esquisse peut-être les enjeux de l’agriculture de demain.

Bonne découverte du Métier à ferrer de Champagne GPS 47.38235, 3.6234

Champagne est un hameau de Metz-le-Comte une commune française située en Bourgogne Franche-comté

Un Clic Pour situer les Monuments une carte

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Vous aimerez peut-être lire aussi :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.