Monument aux martyrs

Suite au coup d’état du deux décembre 1851, en violation de la légitimité constitutionnelle, Napoléon Bonaparte Président de la République française depuis trois ans, conserve le pouvoir à quelques mois de la fin de son mandat.

La Constitution française de la Deuxième République de 1848, lui interdisait de se représenter. Le matin du 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte édicte six décrets, proclamant la dissolution de l’Assemblée nationale, le rétablissement du Suffrage universel masculin, la convocation du peuple français à des élections et la préparation d’une nouvelle constitution pour succéder à celle de la Deuxième République. Celle-ci, proclamée en février 1848, et a duré moins de quatre ans. Aux vues des difficultés rencontrée par la Deuxième République pour s’imposer, et d’un conflit de trente mois, avec le Parti de l’Ordre, qui détenait la majorité du Parlement, ce coup d’État marque la victoire des Bonapartiste autoritaires. Si le peuple de Paris réagit relativement peu pour défendre une assemblée conservatrice qui l’a dépouillé d’une partie de ses droits politiques, ce n’est pas le cas dans les zones rurales. Clamecy fait partie des principales résistances républicaines. Pour les républicains, le bonapartisme est devenu le principal adversaire, à leur retour au pouvoir en 1880, ils vont édifier des monuments en l’honneur des martyrs pour le droit, la république et la défense de la Constitution. Clamecy est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté

Un Clic Pour situer les Monuments une carte

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.