Pierre des morts de Grenois – Patrimoine vernaculaire

Pierre des morts de Grenois – Patrimoine vernaculaire de Grenois

Cette pierre des morts ou table des morts est située prêt de l’église de la montagne, elle permettait de poser le cercueil en attendant que l’homme d’église vienne pour célébrer l’office le dimanche, cela permettait aussi aux porteur de faire une pose après avoir pris le chemin qui monte a la montagne.

L’abbé Laurent de Grenois se rendait à l’église paroissiale de la Montagne les dimanches pour les enterrements, et ce, jusqu’en 1833.

Ces pierres des morts sont aussi appelées reposoirs, ces pierres plates se trouvent généralement devant une église, un édifice religieux, elles servent principalement à accueillir un cercueil.

Elles permettent de déposer aussi, un court instant, le défunt avant l’office, elles servent aussi de banc, l’utilité de ces pierres se perd dans la nuit des temps. Il est dit qu’autrefois en l’absence du curé et pendant l’activité du travail dans les champs, le mort y était déposé et pouvait ainsi y rester quelques jours, avant d’être enterré selon le rite chrétien, lors du retour de l’homme d’Église.

On les appelle aussi « tables des morts » ces dalles de pierre sur lesquelles les porteurs pouvaient déposer le cercueil, le brancard portant le corps du défunt recouvert d’un drap. Ils pouvaient permettre de se reposer sur des trajets longs ou difficiles depuis la maison du défunt à l’église puis au cimetière.

Il existe aussi des lanternes des morts et croix hosannières souvent situées au centre des cimetières, les pierres des morts servant de table liturgique. On célébrait autrefois la fête des Morts au pied de ces croix et de ces fameuses lanternes, elles pouvaient être situées sur le toit des églises, ou des édifice religieux.

Les croix hosannières dites hosannaire ou croix de l’hosannaire sont des édicules funéraires construits entre les XIIe et XVIe siècles.

L’église paroissiale de la Montagne menaçant ruine fut interdite au culte par ordonnance de Monseigneur de Ladoue en date du 2 février 1874. L’Église de la montagne de Grenois est datée des XIIe-XVIIIe-XIXe-XXe siècles, dite aussi chapelle Sainte Radegonde, elle se trouve au sommet du mont. Il s’agit de l’ancienne église paroissiale du village de Grenois, jusqu’à la fin du XIXe siècle, où il fut construit au centre du village l’église actuelle.

Sur le chemin qui monte à la montagne, une stèle commémorative (élevée à l’initiative de M.Gougat, ancien maire) “Le nivernais à ses immortels” (Mancini-Nivernois, De Radovilliers, André Dupin, Maurice Genevoix).

Grenois est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté. GPS 47.32539, 3.53801

Un clic pour situer les monuments nivernais sur une carte.

Découverte du puits sacré de l’église de la commune de Grenois.

Découverte des parapentistes de la commune de Grenois – Vol libre dans la Nièvre

Pierre des morts de Grenois
Pierre des morts de Grenois Nièvre Passion